Annonce d’une compétition allemande d’hélicoptères lourds

Des représentants de Boeing et Sikorsky, deux sociétés en concurrence pour un contrat d’hélicoptère de transport lourd attribué par la Bundeswehr, diamond aviator ont annoncé lors du salon aéronautique ILA à Berlin le 26 avril 2018 que la demande officielle de propositions de l’armée allemande serait communiquée jusqu’à la fin de 2018. .
Afin de remplacer sa flotte actuelle de CH-53G Sea Stallion, la Bundeswehr pourrait acquérir entre 45 et 60 hélicoptères de transport lourd. Y compris le coût de la maintenance, ce contrat pourrait représenter jusqu’à 4 milliards d’euros.
À l’approche d’ILA Berlin, Boeing et Sikorsky ont révélé des partenariats qu’ils avaient conclus avec des sociétés allemandes. Sikorsky a formé un partenariat avec Rheinmetall et MTU Aero Engines, entre autres. Boeing s’est lié avec pas moins de dix entreprises allemandes. Cette dernière a annoncé son dernier partenariat le 25 avril 2018, jour de l’ouverture du salon, avec Rohde & Schwarz, un fabricant allemand de radios aéroportées. Les deux concurrents ont présenté leurs équipes industrielles complètes lors de l’ILA Berlin.
Même si la demande de propositions a été signalée pour des raisons non divulguées, le calendrier de passation des marchés pourrait rester inchangé: la Bundeswehr attribuera le marché au gagnant d’ici 2020 et les livraisons sont attendues d’ici 2023
Des représentants de Boeing et de Sikorsky, deux sociétés en concurrence pour un contrat d’hélicoptère de transport lourd attribué par la Bundeswehr, ont annoncé lors du salon aéronautique ILA à Berlin le 26 avril 2018 que la demande officielle de propositions de l’armée allemande serait communiquée jusqu’à la fin de 2018. .
Afin de remplacer sa flotte actuelle de CH-53G Sea Stallion, la Bundeswehr pourrait acquérir entre 45 et 60 hélicoptères de transport lourd. Y compris le coût de la maintenance, ce contrat pourrait représenter jusqu’à 4 milliards d’euros.
À l’approche d’ILA Berlin, Boeing et Sikorsky ont révélé des partenariats qu’ils avaient conclus avec des sociétés allemandes. Sikorsky a formé un partenariat avec Rheinmetall et MTU Aero Engines, entre autres. Boeing s’est lié avec pas moins de dix sociétés allemandes.Cette dernière a annoncé son dernier partenariat le 25 avril 2018, jour de l’ouverture du salon, avec Rohde & Schwarz, un fabricant allemand de radios aéroportées. Les deux concurrents ont présenté leurs équipes industrielles complètes lors de l’ILA Berlin.

Aviation: les taux de montée

Le Taux De Montée

Le FMS typique utilise deux FMC FMS fonctionnant indépendamment comme unité de pilote et unité de copilote. Cependant, ils font la diaphonie sur les bus de données. En fonctionnement normal, le pilote et le copilote se partagent la charge de travail, le CDU du pilote étant configuré pour superviser et communiquer avec les paramètres opérationnels et le CDU du copilote gérant les tâches de navigation. C’est facultatif à la discrétion de l’équipage de conduite. Si un composant principal tombe en panne (par exemple, un FMC ou une CDU), les unités opérationnelles restantes continuent de fonctionner avec un contrôle total et sans compromettre le système.

Chaque vol d’un aéronef comporte des composants verticaux, horizontaux et de navigation, qui sont maintenus en manipulant les commandes du moteur et de la cellule. Ce faisant, le pilote dispose de nombreuses options. Le taux de montée, les réglages de poussée, les niveaux EPR, la vitesse, les taux de descente et d’autres termes peuvent être modifiés. Les transporteurs aériens commerciaux utilisent le FMC pour établir des lignes directrices en fonction desquelles des vols peuvent être effectués. Celles-ci défendent généralement les objectifs de la société en matière de conservation du carburant et de l’équipement. Le pilote n’a qu’à entrer les variables demandées et à répondre aux alternatives suggérées par le FMC.

Le FMC a stocké dans sa base de données des centaines de plans de vol avec des paramètres opérationnels prédéterminés pouvant être sélectionnés et mis en œuvre. L’intégration avec les aides NAV-COM permet au FMS de modifier les fréquences radio au fur et à mesure de l’exécution du plan de vol. Les calculs internes utilisant des entrées directes provenant des systèmes de débit et de quantité de carburant permettent au FMC d’effectuer des opérations allégées ou de poursuivre d’autres objectifs, tels que des opérations hautes performances si le temps de rattrapage est primordial pour un vol donné. Les conditions météorologiques et de circulation sont également intégrées. Le FMS peut gérer toutes les variables automatiquement, mais communique via l’écran CDU pour présenter l’action planifiée, becker avionics obtenir un consensus ou demander une entrée ou une décision.

Comme avec les systèmes de surveillance, FMS comprend BITE. Le FMC surveille en permanence l’intégralité des systèmes et des entrées afin de détecter les défauts éventuels pendant le fonctionnement. Le personnel de maintenance peut récupérer les messages d’erreur générés par le système et enregistrés par le pilote. Ils peuvent également accéder aux pages de maintenance qui appellent des unités remplaçables en ligne (LRU) auxquelles des défauts ont été localisés par le système BITE. Suivez les procédures du fabricant pour l’interfaçage avec les informations de maintenance.

La Suisse A Besoin Au Maximum De 70 Nouveaux Avions De Combat

Et c’est reparti pour un tour en Suisse… Après avoir annulé l’achat de Gripen NG en mai 2014, Berne a de nouveau besoin de nouveaux avions de combat et d’un nouveau système de défense sol-air pour la surveillance, la protection et la défense de son espace aérien. Telle est la conclusion à laquelle sont parvenus les deux groupes chargés par le chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) de recommander cette opération.

Le rapport présente des options tablant sur l’acquisition de 30 ou 40 avions voire 55 et même davantage, ainsi qu’une option qui envisagerait, outre l’acquisition de 20 nouveaux avions de combat, le maintien provisoire de la flotte de F/A-18 actuelle (30 avions) jusqu’à son remplacement dans les années 2030. Le rapport suggère au gouvernement de financer cette acquisition sur le budget de la Défense. Cela permettrait d’éviter de soumettre l’achat à une votation populaire. En 2014, la population s’était opposée à l’achat de 22 avions de combat fabriqués par le constructeur suédois Saab.

Un choix dès 2020

« Le groupe d’experts est parvenu à la conclusion que le processus de modernisation des moyens de défense aérienne actuels doit démarrer urgemment », a précisé un communiqué de presse du DDPS. Dans ce cadre, recommande le rapport, l’évaluation d’un nouvel avion de combat devrait commencer prochainement, avec pour objectif de pouvoir choisir le type d’avion au second semestre 2020.

Dans les années 2020, les moyens de défense aérienne de l’armée suisse (avions de combat, défense contre avions) parviendront au terme de leur durée d’utilisation. Dans la perspective des différents renouvellements requis, le chef du DDPS, Guy Parmelin, a chargé au printemps 2016 un groupe d’experts, interne au DDPS d’élaborer les fondements nécessaires à cette opération en ayant une vision globale. Parallèlement, un groupe d’accompagnement, composé d’un représentant des quatre partis gouvernementaux, de représentants du DDPS, de l’industrie et de la Société suisse des officiers a également travaillé sur l’acquisition d’avions de combat et a émis seize recommandations. Ce groupe a tenu au total 14 séances entre avril 2016 et mai 2017.

« Pour assurer une protection crédible et efficace de l’espace aérien, il est nécessaire de disposer d’une combinaison de moyens et de compétences au sol comme dans les airs, a notamment recommandé le groupe d’accompagnement. La modernisation des moyens requis pour la protection de l’espace aérien fait partie intégrante du développement de l’armée ».

Plusieurs options mais l’option 3 préférée

L’option la plus chère et la plus ambitieuse – la numéro une – consisterait en l’achat de 55 à 70 avions et d’armes antiaériennes pour un montant estimé entre 15 et 18 milliards de francs (13,76 et 16,52 milliards d’euros), selon le rapport. Option numéro deux : remplacer la flotte actuelle par près de 40 nouveaux avions de combat et renouvellement de la défense sol-air pour un montant évalué à 9 milliards de francs environ (8,25 milliards d’euros). Enfin, la quatrième option, la plus économique, porte sur l’acquisition de 20 appareils avec le renouvellement d’un système de défense antiaérien pour cinq milliards de francs environ (4,58 milliards d’euros). Cette option prévoit également de conserver les 30 F/A-18 en service plus longtemps que prévu.

S’agissant de l’option numéro trois, le groupe d’expert préconise le remplacement de la flotte actuelle par près de 30 nouveaux avions de combat avec une hausse significative des performances pour la défense sol-air pour des besoins financiers de 8 à 8,5 milliards de francs environ (de 7,3 milliards à 7,8 milliards d’euros). Cette option a obtenu la majorité des voix de la part du groupe d’accompagnement (9 sur 14) tandis que l’option 1 a obtenu trois voix. La possibilité d’échelonner une acquisition de cette envergure sur une longue durée a aussi été évoquée.L’option 2 a obtenu deux voix, et, enfin, la dernière une voix.

Pas d’avions chinois ni russes

L’exploitation d’une flotte d’avions de combat de même modèle est une solution plus efficace et plus économique que celle comportant plusieurs types d’aéronefs, recommande le groupe d’accompagnement. L’acquisition d’un nouvel avion de combat doit coïncider avec le remplacement de l’ensemble de la flotte des F-5 Tiger et de celle des F/A-18 au cours de la décennie 2020. Cette option n’exclut pas l’acquisition par tranches d’un nouvel avion de combat. Pas question en revanche pour la Suisse d’acheter des avions chinois ou russes.

« D’un point de vue technique, le manque de compatibilité de tels produits avec les systèmes déjà utilisés par les Forces aériennes et l’absence d’interopérabilité avec les systèmes des Etats européens occasionneraient d’importants problèmes, estime le groupe d’accompagnement. Si l’on considère la question sur le plan politique, le scepticisme règne quant à l’acquisition d’avions de combat fabriqués dans ces deux pays, d’où la recommandation de ne pas tenir compte des systèmes russes et chinois dans le cadre de la présente acquisition ».

Le rapport des experts n’a pas souhaité détailler les candidatures pour une acquisition. Mais il s’est posé la question de savoir si le Gripen E/F, dont le financement avait été refusé en mai 2014 lors d’une votation à la suite d’un référendum, était éligible à futur appel d’offres. Si cet appareil « remplit les conditions décrites dans le chapitre consacré à l’évaluation, le Gripen E/F constitue aux yeux du groupe d’experts un candidat tout à fait valable pour être intégré à l’évaluation ». Au vu des développements intervenus sur les divers types d’avions depuis la dernière évaluation d’avions de combat dans les années 2008 à 2011 (Rafale, Gripen et Eurofighter), « il semble inadéquat de ne procéder qu’à une réévaluation des types d’avions déjà testés », a estimé le groupe d’expert.

Enfin, un avion de combat qui n’est pas arrivé à maturité technique au moment de l’acquisition ne sera pas pris en compte dans l’appel d’offres. Les développements suisses majeurs, qui correspondraient à une helvétisation de l’avion de combat, ne sont pas une option non plus pour la Suisse. L’objectif de Berne est de se doter d’un « avion de combat à la pointe du progrès lors de sa livraison ».

Lockheed Martin

Lockheed Martin est une des principales entreprises américaines de défense et de sécurité. Comme ses principaux concurrents, elle conçoit et réalise différents produits dans lesquels l’électronique et la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) jouent un rôle déterminant. En 2008, 84% des ventes de l’entreprise ont été faites à l’État américain, et le reste principalement à d’autres États.

Lockheed (La Lockheed Corporation (d’abord appelée la Loughead Aircraft Manufacturing Company) était un constructeur américain de l’aéronautique et de…) Martin est né en 1995, par la fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d’un corps de l’état solide vers l’état liquide. Pour un corps pur, c’est-à-dire…) entre Lockheed et Martin. Les deux entreprises étaient à l’origine des groupes aéronautiques. Aujourd’hui, Lockheed Martin reste entre autres connue pour ses avions de combat, le F-16, le F-22 et le futur F-35. Ils représentent environ 20% du chiffre d’affaire en 2008.

Historique

Les frères Allan et Malcolm Loughhead formèrent la Alco Hydro Aeroplane Company en 1912 à Santa Barbara en Californie, rebaptisée Loughead Aircraft Manufacturing Company en 1916.

La société fit faillite et Allan Loughead recréa la Lockheed Aircraft Company en 1926 à Hollywood, Californie.

Il la revendit en 1929 à Detroit (Détroit (en anglais: Detroit, API: [d??t????t]) est la principale ville de l’État du Michigan aux États-Unis, largement plus connue que sa capitale Lansing, et est le siège du comté de Wayne. Fondée en 1701…) Aircraft Corporation, qui fit faillite à son tour. La société fut recréée une nouvelle fois par les frères Robert E. et Courtlandt S. Gross en 1934 à Burbank, Californie sous le nom de Lockheed Corporation (Lockheed Martin Corporation est une société de construction aéronautique créée, en 1995, par la fusion de Lockheed Corporation et de Martin Marietta. Le siège…).

En mars 1995, Lockheed Corp. fusionna pour 10 milliards de dollars avec Martin Marietta pour former Lockheed Martin Corporation. Martin Marietta apporta en particulier à Lockheed les lanceurs spatiaux Atlas et Titan (Cliquez sur l’image pour une description).

En janvier 1996, Lockheed Martin fit une nouvelle acquisition (En général l’acquisition est l’action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un bien.) majeure, celle des activités électroniques de Loral Corporation, New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des…), pour 9.1 milliards de dollars.

À ce moment-là, Lockheed Martin se trouvait être le leader mondial dans le secteur de la défense devant McDonnell Douglas (McDonnell Douglas était un constructeur aéronautique américain. Il est né de la fusion entre « Douglas Aircraft Company » et « McDonnell Aircraft Corporation »,…), avec un chiffre d’affaires 1995 de 14.4 milliards de dollars.

Lockheed a été affecté par la baisse des commandes militaires du Pentagone ordonnée par l’administration Obama, conduisant au licenciement de 730 employés en 2009, auquel il faut ajouter l’annonce, en janvier 2010, de la suppression de 1 200 emplois sur un total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D’un point de vue comptable, un total est le résultat d’une addition, c’est-à-dire une somme. Exemple : « Le total des dettes ». …) de 140 000 (soit 8% des effectifs).

Véhicules produits

Avions produits

– P-38 Lightning
Lockheed P-80 Shooting Star (Le Lockheed P-80 Shooting Star est le second avion de chasse à réaction conçu par les Etats-Unis, le premier capable de dépasser 800 km/h en vol horizontal…)
Lockheed XF-90
F-104 Starfighter (Le Lockheed F-104 Starfighter est un chasseur à réaction américain qui a été construit à plus de 2500 exemplaires à partir de 1954, et qui fut utilisé par de nombreuses…)
Lockheed U-2 (Le Lockheed U-2 est un avion de reconnaissance utilisé intensivement durant la guerre froide par les Américains, notamment pour observer les territoires soviétiques. Il a donné son…)
QT-2PC PRIZE CREW
Lockheed YO-3
Lockheed A-12 Oxcart (Le Lockheed A-12 Oxcart est un avion espion conçu par les États-Unis d’Amérique au tout début des années 1960. Il était capable de voler à de très grandes vitesses (plus de 3500 km/h) et à très…)
– SR-71 Blackbird
– Lockheed D-21 (L »appareil D-21 était un drone de reconnaissance, capable d’atteindre la vitesse de Mach 3 dont Lockheed commença le développement au début des années 60. On…)
– XST (Have Blue)
– Lockheed Martin F-117 Night Hawk
– F-22 Raptor
– Lockheed Martin X-35
Lockheed X-27
Lockheed Martin Polecat
Quiet Supersonic Transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu’un, d’un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies…)
Lockheed Martin Cormorant
– Lockheed Martin Desert Hawk
– RQ-170 Sentinel

Bateau (Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l’eau et de s’y déplacer, dirigé ou non par ses occupants. Il répond aux besoins du transport maritime ou fluvial, et permet diverses activités telles que le…) produit

– Sea Shadow

Voitures produites

Lockheed Martin, associé avec BAE System (BAE Systems est issue du rapprochement de l’ancienne British Aerospace (BAe) et de Marconi Electronic Systems (MES). BAE est une société britannique spécialisée dans…) se sont proposés pour réaliser les remplaçants des véhicules actuels de l’US Army, notamment les Humvees. Northrop Grumman (Northrop Grumman Corporation est un conglomérat américain né de la fusion entre Northrop et Grumman en 1994 dont les activités tournent autour du secteur de la défense : aéronautique, construction navale, espace, électronique, etc. Elle…) – Oshkosh, General Dynamics (General Dynamics est une entreprise de conception d’avions militaires pour le compte du gouvernement américain fondé en 1952. On lui doit la…) – AM General et Lockheed Martin – BAe Systems ont gagnés le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration…) et signé un contrat avec l’US Army (voir JLTV Project).

Emirates est en pleine croissance

la compagnie Emirates en pleine croissance

En dépit de Thomas Preparer l’effet sur l’argent d’un groupe de personnes, la fermeture de la piste de l’aéroport Emirates, l’aéroport international de Dubaï (DXB) et son potentiel d’automne de 7%, la compagnie aérienne des Émirats arabes unis a exposé son développement au cours de la première moitié de la saison économique 2019-2020. Les revenus du groupe Emirates général ont légèrement augmenté, soit de 8% au premier semestre de l’exercice fiscal 2019-2020, principalement parce qu’ils ont eu une conséquence de 320 millions de dollars sur le réseau Internet (1,2 milliard de dollars AED), bien que le produit de vol ait augmenté ses ventes de 282%. à 235 000 dollars (862 000 AED). Pendant toute la période considérée, le transport aérien de l’émirat visait à réduire les coûts, comme en témoigne le fait qu’il réduisait sa capacité totale de 7%, 6 avions retraités (plusieurs sur toute la flotte) et réduisait sa main-d’œuvre de 1%. . Bien que le potentiel de gains ait diminué de 3% pour s’établir à 12,9 milliards de dollars (47,3 milliards de AED), la marge bénéficiaire s’est améliorée de 1,3% à 1,8% et le facteur de charge a augmenté de 2,3% à 81,1% pour l’avion Emirates. dnata, une filiale d’Emirates qui fournit des solutions de traitement des sols et de restauration dans les aéroports internationaux, a été durement touchée par la faillite de Thomas Prepare. En octobre 2019, Tim Clark, le chef d’Emirates, a déclaré que l’affect de votre propriétaire d’excursion au Royaume-Uni serait «pas moins important». À présent, le niveau d’impression est beaucoup plus clair, car le gain de dnata pour tout premier semestre de l’exercice financier 2015-2019 est estimé à 85 millions de dollars (313 millions de AED), en baisse de 64% par rapport à la même période de l’année précédente. Cela dit, Ahmed Container Saeed Al Maktoum, président et officier principal de la police professionnelle de votre transport aérien et de votre fête, a montré qu’Emirates s’attend à ce que «le marché des voyages aériens et des voyages continue de faire face à des vents contraires au-dessus des six prochains mois», en plus des concurrents. sur le marché, qu’il a qualifié de «raide» et a souligné qu’ils créeraient une pression supplémentaire sur les bénéfices. Le groupe reste « concentré sur la création de notre entreprise », qui consiste à acheter de nouveaux projets qui permettront à Emirates de proposer « des solutions, des services et une expérience encore meilleurs pour vos clients », a ajouté Al Maktoum. Plusieurs des nouveaux produits doivent cependant attendre, simulateur de vol comme l’expliquait Clark en septembre. 2019, il est probable que la création de la classe de climat de grande classe économique sur l’avion d’Emirates soit reportée car ces problèmes de générateurs entravent le calendrier d’approvisionnement du 777X. Lors d’une autre rencontre en octobre 2019, il a expliqué qu’Emirates ne prévoirait pas de recevoir un solo 777X en 2020.

Des drones pour contrôler Pyongyang

L’Amérique a piloté des avions de surveillance dans la péninsule coréenne lundi, a déclaré un moniteur de l’aviation, au milieu d’un stress frémissant au-dessus d’éventuels actes provocateurs de la Corée du Nord juste après avoir mis en garde contre tout « nouvel outil idéal ». Un joint de rivet radiocommandé de 135 W provenant de la pression du flux d’air américain a effectué des procédures plus que la Corée du Sud à 31 000 pieds, a tweeté Aircraft Spots. Si le vol s’est produit lundi. Ce type d’avion a été repéré définitivement mercredi dans la péninsule, selon le traqueur de l’aviation. Quelques autres avions de surveillance, comme l’EP-3E ainsi que le RC-135S, ont effectué des opérations ici généralement ces derniers jours. Le vol le plus récent est arrivé au milieu de problèmes en expansion plus que ses fonctions provocatrices avant l’anniversaire du leader Kim Jong-un qui tombe mercredi. Récapitulant un plénum inhabituel à plusieurs reprises la semaine dernière, Pyongyang a déclaré qu’il ne semblait plus limité par le moratoire auto-imposé sur les évaluations nucléaires et à longue portée des missiles, et conscient que cette planète serait témoin d’une nouvelle arme stratégique « à l’avenir ». « au milieu des pourparlers de dénucléarisation au point mort avec les États-Unis. Les professionnels estiment que «l’arme tactique» du Nord pourrait impliquer un missile balistique intercontinental capable de transporter de nombreuses ogives ou peut-être un missile balistique lancé par sous-marin. Les UAV sont des avions qui sont guidés de manière autonome, par un appareil distant ou par les deux moyens et qui ont une combinaison d’appareils, de récepteurs et d’émetteurs numériques électroniques et de munitions offensives. Ils sont utilisés pour la reconnaissance tactique et opérationnelle et pour la surveillance du champ de bataille, et ils pourraient également intervenir sur le champ de bataille – à la fois en fin de compte, en désignant des cibles pour les munitions à guidage de précision diminuées ou tirées à partir de systèmes habités, ou spécifiquement, en larguant ou en tirant ces munitions eux-mêmes. Les premiers drones ont été appelés voitures légèrement pilotées (RPV) ou drones. Les drones étaient de petits avions radiogérés utilisés pour la première fois au cours de la Seconde Guerre mondiale comme concentrés pour les chasseurs et les canons antiaériens. Ils se déclinaient en deux catégories: les petites voitures économiques et assez souvent consommables utilisées pour l’enseignement; et, à partir des années 1950, des méthodes plus grandes et beaucoup plus avancées récupérées par obtention radiogérée ou parachute. Les automobiles étaient généralement équipées de réflecteurs pour simuler le rendu radar de l’avion adverse, et il est également arrivé bientôt aux planificateurs qu’ils pourraient également être utilisés comme leurres pour aider les bombardiers à pénétrer la protection de l’ennemi. (Des drones de performances globales plus élevées sont toujours créés, par exemple pour vérifier les systèmes créés pour tirer directement des missiles de croisière de luxe antiship.) De plus, avion de chasse La Roche sur Yon il est arrivé aux organisateurs que des RPV puissent être utilisés pour la reconnaissance photo et électronique. Une seule réaction à ce concept a été l’AQM-34 Firebee, une personnalisation d’un You.S. se concentrer sur les drones intégrés dans diverses versions depuis environ 1951 par le biais de la Ryan Aeronautical Organization. Lancé initialement en 1962, le Firebee de reconnaissance a été très utilisé en Asie du Sud-Est pendant la bataille du Vietnam. Il avait également été utilisé plus que la Corée du Nord et, jusqu’à son rapprochement en 1969, sur la République populaire d’Asie. Une automobile subsonique à turboréacteur à ailes balayées d’environ un tiers des dimensions d’un avion de chasse, l’AQM-34 a pénétré en toute impunité des endroits fortement défendus à des altitudes inférieures en raison de leur petit radar traversant une partie, et il a également ramené des images d’une netteté remarquable. Les abeilles à feu équipées de récepteurs pour reconnaître les contre-mesures numériques ont rendu leur intelligence des missiles surface-atmosphère développés par les Soviétiques qui ont permis aux concepteurs américains de développer des dispositifs de détection et de brouillage appropriés.

Nettoyer l’espace

Astroscale, une organisation fondée par le japonais Nobu Okada, a atteint un objectif audacieux: concevoir et exploiter des satellites qui élimineront les particules produites par les gars dans la pièce. L’objectif de cette entreprise est important: éviter un accident tragique dans l’espace qui pourrait paralyser les systèmes de transfert, de défense et de télécommunications du monde. En seulement plus de 50 ans d’investigation et de conquête de salles, nous avons dirigé plus de 5 000 satellites dans l’espace, ce qui a conduit à environ 42 000 éléments suivis encerclant l’orbite de la Terre, selon la Western Space Agency (ESA). « Mais beaucoup de ces satellites, à chaque fois qu’ils ont échoué ou qu’ils ont fait leur vie, sont restés dans l’espace sous forme de particules », a expliqué EJ Understanding dans un entretien avec Chris Blackerby, responsable du groupe de personnes d’Astroscale. « Dans notre atmosphère orbitale, vous pouvez trouver un demi-million de bits de particules [aussi petites que] 1 millimètre, et environ 22 000 à 23 000 pièces qui peuvent être supérieures à 10 centimètres. » Ce qui est encore pire, c’est le fait dans le prochain un décennie, environ 6 200 minuscules satellites vont être introduits en orbite, selon les estimations du consultant régional Euroconsult en 2018. La NASA déclare qu’il y a environ 500 000 éléments de débris, de satellites vieillis et de fusées planant dans le monde entier, tournant à un rythme de 18 000 miles par heure (8 kilomètres pour chaque prochaine). Un crash pourrait briser immédiatement un satellite de plusieurs millions d’argent. Et ne présumez jamais que les dirigeants de la salle du monde commenceront le nettoyage en profondeur. Chacune des ordures spatiales dérivantes, telles que les satellites disparus, les fusées brûlées et les déchets jetés par les astronautes, peut éliminer des satellites coûteux, cruciaux pour le commerce et idéaux sur le plan géopolitique, et déclencher la dévastation de plusieurs millions de dollars d’appareils spatiaux. Plus grave, une réaction en chaîne de destruction pourrait fournir des anneaux entiers d’orbite terrestre réduite non navigables pour les satellites, détruisant les systèmes satellites sur lesquels nous comptons pour des choses comme le système Gps, les prévisions météorologiques et la radiodiffusion. Astroscale, dont le siège est à Tokyo, se situe entre une petite sélection d’entreprises rivalisant pour obtenir la première à développer une approche commerciale viable pour minimiser les particules orbitales et enregistrer une industrie peu commune, mais potentiellement lucrative. «Nous devons régler simultanément les technologies, le modèle d’organisation et le problème de la réglementation», a déclaré Blackerby, décrivant les 3 facettes importantes du fonctionnement actif d’Astroscale pour nettoyer les déchets de la zone. La solution technologique moderne de la société consiste à installer une plaque d’accueil ferromagnétique spécialement conçue sur les satellites qui est souvent focalisée et capturée par une voiture «chaser» conçue avec un bras gauche robotisé et un mécanisme de capture magnétique. Le but serait de tirer les satellites disparus plus bas vers l’environnement de la Terre, exactement là où le chasseur et le satellite brûleront. Astroscale crée un camion de démolition de satellites appelé «ELSA-d», qui signifie «Fin des services professionnels d’existence par démonstration d’Astroscale». «Nous introduisons l’objectif en 2020, qui comprend deux engins spatiaux: un satellite de service et un satellite simulant un peu de débris, pour une série d’évaluations incluant la gestion de la navigation de guidage (GNC), l’examen, le rendez-vous avec le culbutage et le non -tumbling technologie d’élimination des particules », a déclaré Blackerby alors qu’il nous a révélé un robot de salle de type moissonneuse qui effectuera des travaux. Bien qu’il soit certainement beaucoup trop tard pour installer des antennes paraboliques sur des satellites déjà dans la pièce, Blackerby espère que les entreprises qui travaillent sur des systèmes de satellites auront besoin des services d’Astroscale, peut-être pour rendre leurs orbites sans risque ou pour se débarrasser des satellites défectueux ou disparus de l’espace. L’organisation essaie de montrer une idée appelée «service par satellite», qui n’est pas une option pour les opérateurs de satellites pour le moment simplement parce qu’après avoir lancé un satellite en orbite, ils n’ont pas l’intention de l’atteindre à nouveau.

Nouveau succès commercial pour l’avion de chasse américain

Le chef de la direction, Donald Trump, a annoncé que le Japon envisageait d’acquérir près de 105 nouveaux avions de chasse F-35 Lightning II furtifs. « Les Etats-Unis soutiennent les efforts du Japon pour améliorer la fonctionnalité de son bouclier et, ces derniers mois, nous leur avons fourni une grande quantité de produits militaires », a expliqué Trump lors d’une conférence de presse, soulignant l’objectif du Japon de disposer de 105 avions de combat furtifs fabriqués aux États-Unis. la plus grande flotte de F-35 de tous les alliés américains. Selon le leader américain: « (Ils sont) furtifs car la vérité est que vous ne pouvez pas les découvrir. » Le marché US Safeguard construit et met en service des enfants du cinquième âge qui affectent les avions de chasse, y compris des technologies furtives dotées d’appareils sophistiqués et de capacités de mise en réseau d’ordinateurs. pour la pression atmosphérique américaine, le Corps des marines et la marine, 8 à 10 associés internationaux et un certain nombre d’acheteurs de recettes des forces armées d’outre-mer.

La famille est composée d’environ trois variantes d’aéronefs. La variante F-35A de la Force pour l’environnement viendra compléter la flotte de F-22A et devrait remplacer les caractéristiques d’assaut air-sol des F-16 et a-10. La variante F-35B du Corps des Marines échangera ses avions F / A-18 et AV-8B. La version F-35C de la Navy améliorera son avion F / A-18E / F. En décembre 2018, le meilleur professionnel avait fourni 264 avions de fabrication. Le gouvernement japonais a tout d’abord passé un achat pour 42 F-35A en décembre 2011. Néanmoins, dès que 2018 s’est écoulé, l’achat actuel était courant. À l’époque, il était absolument établi que Tokyo ajouterait 63 versions de F-35A et 42 de F-35B, ainsi que la demande actuelle de 42 F-35A. Les F-35, en plus des F-22 Raptors, seraient les meilleurs avions de combat de cinquième technologie au monde, possédant une combinaison distinctive de furtivité, de rapidité, de rapidité et de conscience de la situation, associés à une diversité létale, une circulation d’air et une armes atmosphère-sol, générant ces avions les combattants de la proéminence de l’oxygène les plus efficaces dans le monde.

Les obligations vivantes 388th FW et Atmosphere Force Arrange 419th FW sont sans aucun doute les seuls appareils F-35 capables de surpasser les capacités de Oxygen Force. Elles maintiennent les jets dans un partenariat Full Power qui exploite les avantages de chaque facteur. «C’est un respect incroyable de faire partie d’un jalon de plus pour Hillside (AFB) et le quartier des F-35», a déclaré le major David Russell, pilote de F-35 avec le 419e FW. «Localement, cette énergie est en fait une illustration montrant notre intégration globale Push effectuée de concert entre vos 388e et 419e avions de combat Mma. Sur une plus grande échelle, c’est une excellente capacité à présenter notre dernier système de chasseurs mma à nos propres pays et à assurer à tous ces pays une assistance continue pour assurer sa sécurité. »

Montgolfière: se laisser porter

Les ballons à atmosphère chaude sont couramment utilisés pour les loisirs. Parallèlement à des vols aériens tranquilles le matin ou à la mi-journée à la dérive à travers la nation pour profiter de la scène, de nombreux aéronautes prennent plaisir à des événements sportifs compétitifs et tentent d’établir de nouveaux records. Un aéronaute peut prendre son envol à l’intérieur du panier ou amener de nombreux voyageurs. Souvent, plusieurs ballons satisfont à produire ensemble sans cibles agressives. Les itinéraires personnels finissent généralement d’une heure à trois heures et peuvent aller de plusieurs kilomètres, bien qu’ils soient souvent très proches de l’étape de l’évasion. Depuis le XVIIIe siècle, la montgolfière n’a cessé d’atteindre des altitudes accrues. De l’ascension de 3 000 mètres (10 000 pieds) de Charles en 1783 à l’ascension meurtrière du capitaine de corps d’armée de l’armée américaine, Hawthorne C. Gray, à 12 950 mètres (42 470 pieds) en 1927, l’altitude maximale n’était limitée que par la nécessité pour le pilote d’avoir de l’air frais . Une confiance en soi insuffisante dans l’opportunité de fermer un avion hermétiquement, le pionnier de l’aviation des États-Unis, Wiley Publish, ainsi que d’autres se sont concentrés sur les matchs de stress personnel. Même en 1937, des ingénieurs aéronautiques bien connus ont ouvertement tourné en dérision l’idée de créer des cabines de déformation d’avion. L’innovation Piccard du ballon de stratosphère (voir ci-dessus Les ballons atteignent la stratosphère) a ouvert de nouvelles altitudes pour l’exploration. Les tout premiers vols stratosphériques ont été montés pour étudier les rayons solaires cosmiques, qui sont absorbés lorsqu’ils pénètrent dans l’environnement terrestre. Premiers travaux à haute altitude avec des ballons en matière plastique, poursuite de l’enquête sur les rayons cosmiques, échantillonnage du flux d’air pour détecter les explosions atomiques, vols aériens photographiques au-dessus du sol international, observations astronomiques plus élevées que les perturbations de la troposphère, et même tests élégants de charges utiles à glissement gratuit . Un ballon sera le seul système stable pour tout type d’observation mentionné précédemment tous les différents avions et énuméré ci-dessous tous les différents vaisseaux spatiaux orbitaux. C’est en outre le seul avion qui ne parvient pas à affecter son atmosphère ainsi que le seul gadget qui peut s’asseoir assez immobile aux niveaux mentionnés précédemment pouvant être obtenus par les hacheurs. Les ballons en plastique à haute altitude sont juste en partie gonflés au moment du largage pour permettre l’expansion du gaz lorsque le ballon monte. Cette croissance est environ décuplée pour chacun des 15 000 mètres (50 000 orteils) d’altitude. Si le ballon est à l’altitude désignée, l’enveloppe prend la condition naturelle – une larme inversée avec tout le poids connecté au point bas. Lorsque le ballon a été mis sous pression sans charge utile, l’enveloppe sera sphérique. Il existe une combinaison totale de styles d’enveloppes qui dépendent de la proportion du poids de la zone de charge utile sur la peau et du stress interne. En règle générale, la pression intérieure est absolument nulle et le poids excédentaire de l’enveloppe est en fait un pourcentage substantiel du poids total du ballon. Cela donne un ballon vraiment gras avec une avance presque au niveau. La perspective fournie dans le bas peut stratégie 45 niveaux.

Vers la fin de la pollution dans l’aéronautique

Harbor Air et magniX ont effectué avec succès un vol aérien de contrôle à partir du premier avion commercial entièrement électrique au monde. Pour le plus grand voyage en hydravion d’Amérique du Nord et le programmeur de propulsion électrique ont travaillé ensemble pour produire l’ePlane, un DHC-2 de Havilland Beaver à six voyageurs modernisé à l’aide d’un système de propulsion «  magni500  » de 560 kW, offrant 750 chevaux. L’essai sur le Fraser Stream par le terminal de Harbour Air Seaplanes à Richmond, au Canada, a révélé l’avion du PDG et fondateur de Harbor Atmosphere, Greg McDougall. Il a déclaré: «Aujourd’hui, nous avons écrit l’histoire. Je suis incroyablement fier de la fonction de leadership de Harbor Air dans la redéfinition de la sécurité et de l’innovation dans le secteur de l’aviation et des hydravions. «Le Canada a prolongé une partie renommée de l’histoire de l’aviation et faire partie de cette incroyable étape-au départ est une chose dont nous pouvons tous être très fiers.» Harbor Air a annoncé sa relation avec magniX au cours de la prochaine année – collectivement, ils ont l’intention de construire la première flotte d’hydravions commerciaux entièrement électriques au monde. Ils essaient maintenant de lancer la procédure d’accréditation et d’acceptation de cette méthode de propulsion ainsi que la modernisation de l’avion – cela est vraiment essentiel pour électrifier le reste des avions de Harbour Air. Les composants principaux d’un avion sont vraiment une méthode de l’aile pour le préserver dans les voyages aériens, des zones de queue pour stabiliser les ailes, des surfaces mobiles pour gérer l’attitude de l’avion en vol de ligne, ainsi qu’une centrale d’énergie pour fournir la poussée nécessaire pour pousser le véhicule avec l’air. L’approvisionnement devrait être conçu pour soutenir l’avion lorsqu’il est endormi au sol et tout au long du décollage et de l’atterrissage. La plupart des avions disposent d’un corps entier encastré (fuselage) pour abriter l’équipe, les voyageurs et le fret; le cockpit sera l’endroit à partir duquel l’aviateur actionne les commandes et les dispositifs pour piloter l’avion.